newsletter #05- Eté 2018 – EIE AURA

Photo CC By: Howard Laker/ flicker/ 2010

Photo CC By: Howard Laker/ flicker/ 2010

Mise en conformité – Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD)

Chers contacts,

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en application le 25 mai 2018. Il vous permet en tant que citoyen de bénéficier de nouveaux droits relatifs à vos données personnelles.

Dans ce cadre, nous souhaitons nous assurer du consentement de tous nos contacts concernant la réception de nos messages.

Vous nous avez confié votre adresse de messagerie lors d’un conseil sollicité auprès de votre Espace Info énergie : suite à cet échange, nous l’utilisons pour vous envoyer notre newsletter. Vous ne recevrez pas d’emails promotionnels de notre part et vos contacts ne sont en aucun cas transmis à des tiers. Vous pouvez à tout moment :


Le confort d’été : comment garder votre logement frais !

L’été, il fait beau, le soleil brille, les oiseaux chantent, il fait chaud, c’est agréable… jusqu’à un certain point !

Comment garder votre logement frais sans avoir recours à la climatisation ? Comme souvent pour les questions de maîtrise de l’énergie, des solutions existent de la conception du bâtiment aux gestes simples et gratuits.

Que faire lors de la conception du bâtiment ?

  • Isolez : une bonne isolation empêche la chaleur de sortir l’hiver comme elle l’empêche de pénétrer dans le logement en été.
  • Choisissez vos matériaux : plus l’inertie est importante, moins le bâtiment sera sensible aux variations de la température extérieure, d’épais murs intérieurs favorisent le stockage de la fraîcheur nocturne.
  • Orientez votre bâtiment : l’exposition des ouvertures et la disposition des pièces sont importantes. L’été, les apports solaires sont plus importants à l’ouest ou à l’est qu’au sud. Il est donc préférable de placer les chambres à l’est ou au sud pour éviter une surchauffe en soirée.
  • Empêchez le soleil d’entrer : prévoyez des protections extérieures claires. Elles éloigneront la chaleur sans toutefois empêcher l’éclairage naturel. A l’inverse, les occultations intérieures seront à privilégier l’hiver, tout en minimisant l’éblouissement. Elles laissent entrer entre 40 et 75 % de la chaleur solaire. Pour les façades est et ouest, des arbres feuillus feront barrière aux rayons du soleil. Au sud, un débord de toiture ou un store banne au-dessus des ouvertures évitera les surchauffes.
  • Ventilez : la mise en place d’un puits provençal (ou canadien) permet de rafraîchir l’air entrant de quelques degrés. Il est à prévoir dès la construction du projet.

Vidéo Confort d'été
Allo info energie – Youtube

Vous ne pouvez pas réaliser ces travaux : conservez la fraîcheur par des gestes simples…

  • Fermez les volets et les fenêtres : Lorsqu’il fait plus chaud à l’extérieur que dedans, il faut éviter de créer un courant d’air continu. Même si le mouvement d’air apporte une sensation de fraîcheur immédiate, à long terme, l’air et les objets se réchauffent durablement.
  • Limitez les apports internes : à peu d’exceptions près, toute l’électricité domestique utilisée se retrouve sous forme de chaleur dans le bâtiment. Ces apports internes représentent la principale source de chauffage estival dans les logements récents. Outre l’utilisation de matériels économes pour limiter la consommation électrique, on pourra veiller à réduire l’utilisation d’appareils électriques et d’énergie de cuisson.
  • Aérez la nuit : le moyen le plus efficace pour rafraîchir un logement est encore de brasser le maximum d’air la nuit. Pour cela, dès qu’il fait plus frais dehors que dedans, ouvrir, si possible, toutes les fenêtres pour une aération maximale. En général, la température chute pendant la nuit et atteint un minimum peu avant le lever du soleil. Cette méthode nommée surventilation nocturne peut s’avérer peu efficace au coeur des grandes villes où la température reste élevée la nuit, ainsi que pour les bâtiments à faible inertie thermique qui ne garderont pas la fraîcheur. La surventilation nocturne peut aussi être mécanique. Si le débit de la VMC est contrôlable, on peut alors le mettre à son maximum pour changer le plus d’air possible la nuit, sans consommation électrique excessive.
  • Humidifiez l’air : Un tissu étendu et régulièrement mouillé refroidit légèrement l’air en l’humidifiant.

→ Plus d’infos :

télécharger le guide ADEME « Comment garder son logement frais »


Systèmes Photovoltaique (en haut)  et Thermique (en bas) - Voiron (38) - crédit : LM Sourice / Préau des colibris

Systèmes Photovoltaique (en haut) et Thermique (en bas) – Voiron (38) – crédit : LM Sourice / Préau des colibris

Panneaux photovoltaïques, chauffe-eau solaire, et systèmes hybrides : quelles sont les bonnes solutions pour votre projet ?

Nous sommes souvent démarchés par des vendeurs d’installations solaires en tous genre… Comment s’y retrouver, quelles solutions techniques sont adaptées à quels besoins ?

De l’énergie pour quoi faire ?

Personne n’a besoin de kWh ou de Joule ! Mais nous avons tous des besoins auxquels nous répondons par la consommation d’énergie. Nous avons ainsi besoin de nous chauffer (ou nous refroidir), de nous éclairer, de conserver nos aliments, de nous déplacer…

Le soleil brille pour tout le monde, profitons-en ! Avec le soleil, on peut soit récupérer de la chaleur, soit produire de l’électricité par effet photovoltaïque grâce à la lumière.

Récupérer l’énergie du soleil : la bonne idée !

Le soleil va encore briller au-dessus de nos têtes pour quelques millards d’années. La puissance solaire reçue par la terre chaque année est équivalente à 10 000 fois la consommation mondiale d’énergie ! De quoi satisfaire nos besoins… à condition d’avoir une bonne orientation (du sud-est au sud-ouest) et un bon ensoleillement (pas ou peu d’ombrage). Vous pouvez demander conseil à votre Espace Info Energie.

Vous voulez produire de l’électricité : étudiez une installation photovoltaïque !

Ces panneaux, installés sur votre toiture, vont produire de l’électricité dès qu’il fera jour. Les semi-conducteurs qui les composent produisent de l’électricité sous l’effet de la lumière. Pour être utilisée dans votre circuit, le courant continu produit est transformé en courant alternatif par un onduleur. L’électricité produite peut être soit totalement injectée sur le réseau et vendue à EDF OA (pour Obligation d’Achat) qui vous l’achètera pendant 20 ans à un tarif déterminé par l’Etat, soit auto-consommée sur place en allégeant d’abord votre facture électrique (seuls les excédents sont vendus à EDF). Le stockage en batteries est couteux et difficile à rentabiliser mis à part dans quelques cas spécifiques (habitat isolé, besoins d’urgence…). Le choix du système va dépendre du scénario d’occupation de votre bâtiment, de vos équipements électriques et de la surface de toiture disponible. En première approche, vous pouvez étudier les différentes options sur le comparateur de devis développé par HESPUL. Vous pouvez aussi venir avec vos devis dans votre Espace Info Energie. Dans tous les cas, faites faire au moins 3 devis avant de signer !

Et pour produire son eau chaude sanitaire ou pour chauffer son logement ?

On utilise alors la chaleur du soleil qu’on « capte » grâce à une combinaison de l’effet corps noir et de l’effet de serre. Il existe différentes technologies de capteurs solaires thermiques (panneaux plans ou tubes sous vide). Selon la capacité d’investissement et la surface disponible on pourra produire de l’eau chaude soit pour les usages sanitaires (environ 1m2 de capteur / personne) qui couvrira alors environ 60 % des besoins, soit pour alimenter un sytème de chauffage central basse température (environ 1 m² de capteurs pour 10 m² de surface à chauffer). Dans les deux cas une autre source d’énergie doit prendre le relais lorsque il n’y a pas de soleil… Les systèmes solaires thermiques sont éligibles au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Renseignez-vous auprès de votre Espace Info Energie.

Quid des hybrides ?

Depuis quelques années, on voit apparaîre de nouveaux systèmes qui combinent la production de chaleur et d’éléctricité. Vous vous demandez peut-être de quoi il s’agit…

Il y a en réalité plusieurs types possibles :

  • Le solaire hybride à eau : ce sont des capteurs photovoltaïques pourvus d’un échangeur à eau sur leur face arrière qui vient « rafraichir » le panneau photovoltaïque et ainsi augmenter légèrement son rendement. En même temps, on profite de cette eau chauffée pour chauffer l’eau chaude sanitaire. La récupération de chaleur est moins bonne que sur un chauffe-eau solaire thermique classique, mais l’on ajoute de la production électrique. Au bilan, la performance globale va dépendre de votre configuration et de l’enjeu architectural sur votre habitation.
  • L’aérovoltaïque : il s’agit d’air que l’on fait circuler sur la face arrière des panneaux photovoltaïques et qui va venir préchauffer soit directement le logement par insufflation d’air soit alimenter en air chaud un ballon thermodynamique. Là encore, le rendement photovoltaïque se trouve un peu amélioré par le refroidissement. Quant au chauffage de votre maison cela va dépendre très fortement de la performance de son isolation et du sytème de régulation solaire. Cette solution est à envisager sur des bâtiments performants où les besoins en chauffage sont faibles.

Dans les 2 cas, les prix peuvent aussi varier fortement. Faites chiffrer les solutions hybrides et classiques (PV + thermique) pour orienter vos choix et n’hésitez pas à venir nous voir avec vos devis.

→ Plus d’infos

Lire notre fiche sur les systèmes hybrides

Consulter le site photovoltaique.info




Icon made by Freepik from www.flaticon.com

Contactez-nous !

Pour toute question sur votre projet d’habitat, nos équipes de conseillers sont là pour vous accompagner gratuitement et de manière indépendante. Retrouvez leurs coordonnées, les lieux et horaires de permanences près de chez vous sur notre site web.

Consultez aussi notre page Facebook pour être au courant de l’actualité des Espaces INFO->ENERGIE et suivre notre parcours écocitoyen semaine après semaine.